LES FRAGMENTS DE L’HISTOIRE DU VERRE S’ASSEMBLENT PEU À PEU

Inès Pactat, doctorante au laboratoire chrono-environnement et à la Maison des sciences de l’homme et de l’environnement, s’intéresse à l’archéologie du verre.

Si en Europe occidentale on ne commence à produire ce matériau qu’au VIIIe siècle, en Mésopotamie on maîtrise la fabrication du verre dès le troisième millénaire avant J.-C.

Les verres au natron d’Égypte et de la côte syro-palestinienne sont réputés pour leur grande pureté et leur résistance. Le mélange de sable et de ce minéral sodique est mis en fusion puis débité en lingots exportés vers l’Europe, où ils sont refondus pour être travaillés par les artisans verriers. C’est au haut Moyen Âge que s’opère le grand bouleversement de l’industrie du verre. Ressources insuffisantes en natron ? Crises politiques décourageant les échanges ? Si les explications sont hypothétiques, il est certain que les VIIe et VIIIe siècles voient s’intensifier le recyclage, une pratique courante depuis l’Antiquité, et que la fabrication des premiers verres aux cendres végétales est attestée en Europe peu après cette période.

Cette mutation importante de la production d’un matériau qui ne l’est pas moins reste en réalité peu connue. Elle constitue un axe majeur des recherches menées par Inès Pactat, doctorante en archéologie à la MSHE Claude Nicolas Ledoux. « L’archéologie du verre ne se développe que depuis une trentaine d’années en France, et le Moyen Âge reste peu étudié malgré son intérêt. » Le travail de la jeune archéologue montre comment les artisans ont amélioré leurs techniques, faisant par exemple passer la température de fusion de la silice de 1 700 à 1 100 °C en ajoutant de la potasse à leur recette, qu’ils utilisaient des oxydes métalliques ou jouaient sur la cuisson du verre pour le colorer, ou encore comment l’accès à l’autonomie des verriers en Europe a conditionné et modifié l’organisation de tout un pan de l’artisanat.

« Pendant l’Antiquité, quand le verre n’est que refondu, pour en tirer de la vaisselle, des vitrages ou des perles, l’artisan se rapproche du consommateur et installe son échoppe en ville ; quand il s’agit d’en assurer la fabrication, le verrier se rapproche des matières premières et se fixe en général à proximité d’une forêt. »

Étude de la composition des verres, des objets manufacturés, des déchets de fabrication, et au-delà du contexte historique, des échanges commerciaux et des relations politiques… La quête d’Inès Pactat s’étend de l’Orient à l’Occident et du VIIIe au XIe siècle, sur les traces d’une activité et d’un matériau des plus passionnants.

Ouverture de Lascaux IV

Ouverture du nouveau site:

Difficile de passer à côté de l’information ces derniers jours, la nouvelle reproduction intégrale de la grotte de Lascaux est enfin ouverte.

Vous avez la possibilité de vous rendre au Centre International de l’Art Pariétal à Montignac, en Dordogne pour visiter cette nouvelle merveille technique et technologique.

Quelques rappels de dates sur l’histoire du site:

1940 : découverte de la Grotte de Lascaux
Le 12 septembre 1940, Marcel RAVIDAT, Jacques MARSAL, Georges AGNIEL et Simon COENCAS, 4 adolescents de Montignac arpentent la colline dominant le village de Montignac et font une des découvertes archéologiques les plus prestigieuses du 20e siècle. La grotte est classée Monument Historique en décembre 1940.

1963 : fermeture de la Grotte de Lascaux
Le 20 mars 1963, André MALRAUX, Ministre des Affaires Culturelles, annonce la fermeture de la grotte.

1979 : classement UNESCO
Lascaux est inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

1983 : ouverture de Lascaux II
Le 18 juillet 1983, Lascaux II ouvre au public. Situé sur la même colline que la grotte originale et enfoui dans le sol, Lascaux II reproduit 40% de la grotte originale.

2012 : début de la tournée de Lascaux, l’Exposition Internationale
Cette exposition monumentale est le premier fac-similé de grotte itinérant. Douze containers voyagent autour du monde, permettant le transport d’une copie de haute précision. Cette réplique s’est vue dotée du fameux « voile de pierre », une technologie brevetée reproduisant l’aspect minéral et poreux de la roche.

2016 : ouverture du Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux
Ce musée sera unique au monde, tant par son contenu innovant que par sa façon de le diffuser. Le parcours du visiteur alternera entre expériences digitales et communication avec nos médiateurs.

Plus d’infos sur le site officiel

Et si vous prenez le temps de visiter le site, n’hésitez pas à partager avec nous vos impressions!

Traces de poix dans le Jura

img_6832Des fouilles archéologiques et des analyses scientifiques révèlent l’existence d’un four à poix au lieu-dit La Beuffarde, dans le massif du Jura. Une vraie surprise pour les chercheurs, et un élément de connaissance nouveau sur l’activité économique passée de la région.

L’université de Franche-Comté a envoyé une de ses équipes de recherche en archéologie travailler sur la thématique dans le massif du Jura, Retour sur leurs découvertes: pour lire l’article complet, c’est ici.

Plongée archéologique dans le lac de Malbuisson (Jura)

Les fouilles archéologiques ne se passent pas uniquement sur la terre ferme. Des chercheurs du laboratoire Chrono-environnement réalisent aussi des prospections dans les eaux froides des lacs du Haut-Doubs et du Jura.

Une nouvelle vidéo de l’Actu des Labos, publiée par l’Université de Franche-Comté, l’originale est à retrouver ici.

Actualité de l’archéologie: l’éternel débat autour du site d’Alésia

alesia-fortifications_580

 

 

 

 

 

 

 

Rappelez-vous un précédent post sur le documentaire diffusé par France 2 sur l’affrontement de Vercingétorix face aux armées de César, dans lequel je vous rappelais que le site de la bataille d’Alésia reste l’un des sujets les plus débattus au sein de la discipline! Et bien, voilà un rebondissement dans les affrontements entre spécialistes qui me fait sourire et que j’ai envie de partager avec vous!

Le chroniqueur de Figaro Vox, Franck Ferrand, a publié le 19/05/2014 (je sais ça date un peu, mais le débat est toujours d’actualité!) sur leur site internet un pamphlet, enfin, un article véhément sur la véritable position du site d’Alésia.

En effet, si la profession reconnaît officiellement que le site de la bataille se trouve en Bourgogne, une petite troupe d’irréductibles gaulois maintienne que cela est faux et que le site se trouve dans le Jura! Etant moi-même originaire de Franche-Comté, je serai tentée d’affirmer que je partage leur opinion et que le site, qui déchaîne tant de passion, se trouve bien chez nous pardi!

Mais qu’en est-il de la science? Car ne l’oublions pas, nous sommes des scientifiques, et nous nous basons sur des faits, des faits archéologiques, sur les résultats d’une méthode scientifique pour fonder nos théories. Or, et c’est là toute la problématique (je dirai même la beauté de ce sujet, mais je dois avoir un côté maso!), les faits archéologiques sont ici mêmes sujets à controverse: problème de datations, de méthodes de fouilles, fouilles anciennes, etc.

Le 27/05/2014, 3 chercheurs, et pas les moindre, répondaient alors au chroniqueur: Jean-Louis Brunaux, Yann Le Bohec et Jean-Louis Voisin. Ils écrivent d’une même voix, qu’il n’y a pas d’erreur possible. Les indices archéologiques, mais aussi historiques sont formels: Alésia se situe sur le Mont Auxois

Et voici que dernièrement (et cette fois-ci en novembre 2016), le laboratoire Chrono-environnement (UMR 6249) a publié sur son site un article (à lire ici) qui revient sur cette polémique. Le laboratoire qui compte entre autres 4 chercheurs en archéologie qui ont décidé de se positionner et d’écrire une lettre en réponse à Franck Ferrand, qui a eu, disons le, des propos un peu véhément sur la recherche archéologique et scientifique autour d’Alésia.

@ The Supermath - CC BY-SA 3.0

@ The Supermath – CC BY-SA 3.0

Vous pouvez retrouver aussi ici, un très bon article sur le site d’Alésia et de Bibracte, autre haut lieu de l’histoire Gauloise, qui revient sur les indices archéologiques qui démontrent qu’Alésia est bien en Bourgogne.

 

Alors quelle est votre opinion sur la question?

Dans tous les cas, je vous invite à aller visiter le centre d’interprétation Muséo Parc d’Alésia, et le très bon centre de recherche archéologique de Bibracte,

Actualité de l’archéologie: un bateau du Moyen Âge reconstruit

Dans l’actualité de la recherche en archéologie, la revue L’Hebdo de Charente-Maritime publie un article sur la reconstruction d’un bateau mérovingien afin d’améliorer les connaissances archéologiques sur la question.

Le chantier qui se déroulera dans la commune de Tonnay-Charente (17) sera ouvert au public.

L’article est à lire ici 

Si vous avez l’occasion d’aller y faire un petit tour, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et à nous envoyer des photos!

Bateau-mérovingien-Tonnay-scan-630x310

Un nouveau cousin?

Paru pendant les fêtes, l’article de Science & Avenir sur un possible « cousin » chinois est passé assez inaperçu

Restitution d’après Peter Schouten

Ce fémur appartient peut-être à une ancienne branche de l'humanité qui a survécu jusqu'à la période glaciaire. Darren Curnoe & Ji Xueping

Ce fémur appartient peut-être à une ancienne branche de l’humanité qui a survécu jusqu’à la période glaciaire. Source: Darren Curnoe & Ji Xueping

La découverte en Chine à la fin des années 1980, et surtout l’étude depuis 2012, d’un fémur plutôt gracile relance la question de la cohabitation tardive d’espèces humaines: le fossile est daté de 14 000 ans. Cependant l’auteur reste prudent car il s’agit d’un reste isolé, il est donc périlleux d’extrapoler. Ce nouveau cousin n’est d’ailleurs pas nommé. La question reste néanmoins posée: et si le buisson de notre famille était encore plus buissonnant ?
Une affaire à suivre avec attention. Je vous laisse vous faire votre avis avec l’article de Science et Avenir du 27 décembre 2015.

Langage et climat: une approche étonnante

environnement_langues_web_02122015

Deux articles (en français et en anglais) qui relaient les recherches de Christophe Coupé, du laboratoire Dynamique du langage (DDL) de Lyon. Selon lui il y aurait un lien manifeste entre les formes de langages et le climat. Un point de vue original à découvrir.

Article en français sur pourlascience.fr

Article en anglais sur sciencemag.org