Le dernier Gaulois: un nouveau genre de docu-fiction

Le dernier gaulois

J’espère que vous étiez tous devant France 2 ce soir afin de regarder un docu-fiction d’un nouveau genre  » Le dernier Gaulois » de Samuel Tilman. Même si sur Twitter certains s’amusent à railler le graphisme quelque peu old school des visuels du film; on peut tout de même noter le bel effort du réalisateur et de l’équipe du film pour l’utilisation de la motion capture et de l’animation pour illustrer l’année précédant le siège d’Alésia, procédé qui n’avait pas encore été utilisé sur ce type de docu-fiction.

Si d’un point de vue purement technique, le film est intéressant, sur les sources utilisées pour écrire ce récit, je reste plus sceptique. Les sources ne sont jamais citées et je n’ai pas vu les noms des archéologues et/ou historiens référents pour le tournage… Hum d’autant plus qu’Alésia est parmi les sujets les plus controversés en archéologie! C’est quelque peu regrettable surtout que depuis 2012 un nouveau centre d’interprétation Muéso Parc d’Alésia, a été ouvert en Côte d’Or, sur le site présumé de la célèbre bataille ( à visiter je vous le conseille!), et le très bon centre de recherche archéologique de Bibracte, également en Bourgogne (à voir également !).

Si vous souhaitez vous faire votre propre opinion, le documentaire est disponible en replay!

Le teaser:

Teaser – Le dernier Gaulois

Lucy: la plus célèbre des australopithèques fête ses 41 ans !

Si comme moi vous passez vos journées sur Google, vous n’avez pu échapper à la nouvelle: depuis ce matin, nous avons le plaisir d’ouvrir ce moteur de recherche sur un tout nouveau Doodle qui célèbre Lucy.

Petit rappel de qui est Lucy

Fossile de l’espèce éteinte australopithecus afarensis, il fut découvert sur le site d’Harare, en Ethiopie, en 1974 par une équipe de recherche internationale (on associe 3 grands scientifiques à cette découverte: l’Américain Donald Johanson, paléoanthropologue qui a découvert le premier fragment avec un de ses étudiants et les Français Maurice Taieb et Yves Coppens, respectivement géologue et paléontologue).

Longtemps considérée comme « la mère de l’Humanité », ce fossile est aujourd’hui interprété comme une espèce cousine du genre Homo. Lucy constitue le premier fossile relativement complet qui a été découvert pour une période aussi ancienne et a révolutionné notre perception des origines humaines, en démontrant que l’acquisition de la marche bipède date de 3 à 4 millions d’années. Cette découverte scientifique a bousculé le monde la paléoanthropologie.

Google fête le 41ème anniversaire de la découverte de Lucy l'australopithèque [#Doodle]

On compte les fragments de 52 ossements dont une mandibule, des éléments du crâne mais surtout des éléments post-crâniens dont une partie du bassin et du fémur. L’équipe de paléontologues qui a découvert Lucy a estimé que c’était un sujet féminin du fait de sa petite stature mais depuis 1996, les chercheurs estiment que Lucy serait un mâle d’après l’analyse de l’os pelvien.

Lucy devait mesurer entre 1,10 m et 1,20 m, et peser au maximum 25 kg. Elle est morte à environ 25 ans et le fait que ses ossements n’aient pas été dispersés par un charognard indique un enfouissement rapide, peut-être à la suite d’une noyade.

Pour la petite histoire, Lucy a été surnommée ainsi car les paléontologues écoutaient la chanson des Beatles Lucy in the Sky with Diamonds le soir sous la tente, en répertoriant les ossements, qu’ils avaient découverts. Son nom était bien plus prosaïque que cela à la base: AL 288-1.

Lucy n’était pas toute seule!

Depuis 2011, des nouveaux restes d’un individu australopithèque a permis de nourrir, à nouveau, nos connaissances sur l’évolution de l’espèce humaine. En effet, une équipe américaine a découvert en Ethiopie, à seulement 35 kms du lieu de découverte de Lucy, les restes d’une nouvelle espèce australopithecus deyiremeda, une mâchoire et des dents, datant de 3,3 à 3,5 millions d’années. Ces éléments ont permis de déterminer qu’ils étaient effectivement proche des restes de Lucy mais avec quelques différences notables permettant ainsi de  réaffirmer que plusieurs espèces d’hominidés ont vécu à la même période, il y a 3,5 millions d’années.

Plus d’infos sur cette découverte dans cette vidéo du Muséum d’Histoire Naturelle de Cleveland:

Rappelons dès lors, que l’évolution humaine ne ressemble pas à une belle descendance en ligne droite entre Lucy et nous, mais que l’évolution est plus buissonnante qu’il n’y paraît et que nous n’avons pas encore toutes les réponses!

 

La préhistoire en 3D

L'actu des labos, UFC

L’Université de Franche-Comté et le Laboratoire Chrono-environnement ont envoyé une équipe de chercheurs pour scanner en 3D les parois de la grotte des Gorges, à quelques kilomètres de Dole avec du matériel issu de l’industrie.

Vous pouvez les suivre dans la grotte par le biais d’une vidéo de « L’actu des labos » ici.

La vidéo est courte et très bien faite!

Vous avez aussi la possibilité pour les curieux de compléter ce visionnage par une petite lecture sur le sujet ici.

Bonne découverte d’un site du Jura!

 

 

Publications sur la vulgarisation scientifique et la pédagogie dans la culture

Bonjour à tous,

Voici quelques références d’ouvrages que j’ai repérés sur la médiation et la valorisation du patrimoine. Je ne les ai pas lus. Les connaissez-vous ? Avez-vous des commentaires à faire à leur propos ? Merci.

Vulgarisation scientifique, Mode d'emploi

Vulgarisation scientifique, Mode d’emploi

La place de la pédagogie dans l’espace culturel

 

Article sur Néandertal

Récemment, dans son numéro du 30 septembre 2015, le journal L’Express a publié un entretien avec Svante Pääbo, généticien suédois, cofondateur du plus grand centre allemand d’anthropologie évolutive, dans lequel il explique ses derniers travaux sur la génétique dans la paléoanthropologie. Selon lui, nous aurions « tous en nous quelque chose de Neandertal ».
Un article à relire sur le site de l’Express.
Svante Pääbo, @L'Express
Bonne lecture à tous