Découverte sacrée en Croatie

Le chantier de fouilles de Mirine-Fulfinum

Le petit archipel du Kvarner, en Croatie, compte pas moins de soixante-quinze églises érigées à la fin de l’Antiquité ou au début du Moyen-Âge. Mais cette profusion ne laissait en rien présager la découverte d’un peigne liturgique datant du Ve siècle, une trouvaille exceptionnelle dont se sont félicités Morana Cauševic-Bully, Sébastien Bully et leurs étudiants en archéologie lors de leur dernière campagne de fouilles sur le site de Mirine-Fulfinum, sur l’île de Krk.

Le peigne de Mirine restauré

« À notre connaissance, c’est le quatrième peigne liturgique paléochrétien découvert dans le monde, et le deuxième pour lequel le contexte archéologique est vraiment connu », explique Morana Cauševic-Bully, spécialiste en Antiquité tardive et haut Moyen Âge, chercheure au laboratoire Chrono-environnement et enseignante à l’université de Franche-Comté.

Les peignes liturgiques relevaient d’un usage sacré :

passés dans leur chevelure et leur barbe, ils débarrassaient les prêtres de leurs impuretés physiques et morales avant toute célébration du culte. Celui-là est en ivoire, décoré de scènes bibliques dont les détails et la finesse de réalisation ont été révélés grâce au travail minutieux des restaurateurs du musée archéologique de Zagreb. Sa datation au carbone 14, corroborée par une analyse stratigraphique et par une étude iconographique et stylistique, situe son origine probable entre la fin du IVe et le début du Ve siècle, ce qui en fait le plus ancien connu à ce jour.

Le site de Mirine-Fulfinum, mis au jour dans les années 1970, est composé d’une ville antique et d’un vaste complexe ecclésial paléochrétien de première importance. Sa configuration pose la question du rôle des îles dans l’activité d’une région, notamment de la navigation, et de celui de l’Église dans la gestion de ces mêmes territoires. « Grâce aux recherches que nous menons depuis dix ans sur ce site, nous suggérons que ce complexe ecclésial devait accueillir voyageurs, marins, commerçants ou soldats, précise l’archéologue. Par ailleurs, nous avons pu prouver que la ville de Fulfinum est encore occupée au tout début du haut Moyen Âge, ce qui bouscule les idées établies jusqu’alors, et confère au site une importance majeure sur la route de l’Adriatique vers le continent.

Le programme de recherche archéologique Mirine-Fulfinum est un partenariat franco-croate entre la commune d’Omišalj, dont dépend le site, les laboratoires Chrono-environnement et ARTeHIS (Dijon), l’École française de Rome ; il reçoit le soutien financier du ministère de la Culture de Croatie, du ministère des Affaires étrangères françaises et de Caritas Veritatis Foundation.

L’ESCLAVAGE DANS L’ANTIQUITÉ

Source: Ashmolean museum

Si le terme évoque en général d’emblée la traite négrière du XVIe siècle et des suivants, l’esclavage est d’abord intrinsèque aux civilisations antiques.

Chez les Barbares, la femme et l’esclave sont des êtres de même ordre. La raison en est simple : « la nature, parmi eux, n’a point fait d’être pour commander. » Tiré de l’œuvre d’Aristote, cet extrait donne le ton : au IVe siècle avant J.-C., on ne naît pas égaux, et l’esclavage est inscrit dans le droit. De même, le terme Barbare, mentionné chez Hérodote dès le Ve siècle avant J.-C. pour désigner celui qui ne parle pas grec, évolue peu à peu pour qualifier celui qui peut être réduit en esclavage. Cette idée est présente dès le milieu du deuxième millénaire avant J.-C., dans les textes mésopotamiens puis la Bible, pour ne citer que ces exemples, pour attester l’existence d’un esclavage de masse envers des populations étrangères.

L’esclavage dans l’Antiquité est l’un des domaines de recherche privilégié de l’ISTA (Institut des sciences et techniques de l’Antiquité) depuis sa création en 1967, et qui en est l’une des références mondiales. Directeur de l’ISTA, Antonio Gonzales témoigne de la réalité très compliquée de l’esclavage, quelles que soient les époques. « La frontière entre le monde libre et les esclaves n’est pas toujours aussi marquée que ce que l’on imagine. À Rome, les citoyens aussi travaillent, et parfois les hommes libres peuvent aussi connaître des conditions de vie effroyables. » La condition d’esclave diffère selon les milieux.

Les esclaves ruraux étaient souvent attachés pour travailler dans les champs et considérés comme du bétail, et le sort des esclaves dans les mines était pire encore. L’esclave domestique d’une riche famille romaine avait, lui, toutes les chances de vivre dans des conditions acceptables, parfois meilleures que certains hommes libres. Jusqu’au IIe siècle, le maître, le pater familias, a cependant un pouvoir absolu, et un droit de vie et de mort sur sa maisonnée, qui peut compter jusqu’à plusieurs milliers d’esclaves. Sous le règne de Néron, le meurtre de l’ancien préfet de la ville de Rome, Pedanius Secundus, par un esclave qu’il refusa d’affranchir alors qu’il était devenu assez riche pour changer de condition, est à l’origine de représailles envers les quatre cents esclaves de la maisonnée, qui furent tous exécutés, malgré les protestations de la plèbe et de quelques hauts dignitaires.

Comme toutes les choses que l’on peut acheter et vendre, les esclaves sont soumis à la loi du marché, et c’est leur surabondance qui a favorisé leur affranchissement. Cependant l’affranchi reste lié à son ancien maître, comme son fils après lui, bien que la loi lui accorde le statut d’homme libre. « L’être collectif est celui qui prévaut pendant l’Antiquité et qu’exprime l’idée de cité. Même libre, l’individu reste un atome dans un ensemble. La liberté n’a alors pas le même sens qu’aujourd’hui », précise Antonio Gonzales.