Exposition Hommage à René Goguey

Si son nom ne vous dit rien, vous connaissez surement ces clichés. René Goguey, photographe aérien, enseignant passionné d’archéologie et surnommé le « Baron Rouge » ou le « Fou du Volant » a capturé pendant un demi-siècle près de 100 000 photographies aériennes de sites archéologiques. On lui doit notamment la découverte du second théâtre antique d’Autun, des lignes de fortification de César sur le site d’Alésia ou encore l’implantation de la VIIIe légion à Mirebeau-sur-Bèze.

Montage René Goguey

Différents sites antiques en Côte d’Or (photo R.Goguey,/Montage Obs)

Approche du Mont Lassoy (R.Goguey/ A.Cordier)

Approche du Mont Lassoy (R.Goguey/ A.Cordier)

Le musée de Vix, propose une exposition d’une trentaine de clichés jusqu’au 24 mai 2016. Des clichés qui retracent l’histoire de découvertes majeures mais qui étonnent aussi par leur modernité.

Pour en savoir plus sur ce photographe des airs, consultez l’article de L’Obs. A propos de l’exposition c’est par.

Must Farm (GB): Archaeology 3.0

Peut-être avez vous entendu parlé de la découverte du site de Must Farm près de Whittlesey, en Grande-Bretagne. Ce site surnommé la « Pompéi anglaise » par la presse est en réalité un village de l’Age du Bronze englouti sous la vase. La découverte est exceptionnelle: bois, textile, et architectures sont conservés.

W14-Image-1

Vue modélisée d’un ensemble de poteaux et de leur évolution dans le temps

 

L’équipe britannique dirigée par Duncan Wilson a décidé de nous faire partager au quotidien leur découverte avec une page facebook sur laquelle ils publient régulièrement des photos et post de l’avancé de la fouille.Le chantier s’est aussi doté d’un site internet dédié. Un chantier connecté en somme, à suivre ici.

Benoît Clarys,un regard poétique sur l’archéologie.

Le musée départemental de Préhistoire d’île-de-France propose à partir du 6 février, une exposition dédiée à l’œuvre de l’illustrateur Benoît Clarys.

Peintre rupestre par B.Clarys

Peintre rupestre par B.Clarys

Une cinquantaine de dessins de l’artiste belge, dialogueront  jusqu’en août avec les pièces archéologiques dont il s’inspire.
L’occasion de (re)découvrir un artiste incontournable des musées de préhistoire dont le trait participe grandement par sa justesse et sa sobriété à faire évoluer notre vision du passé.

Retrouvez toutes les informations sur l’exposition « Benoît Clarys, Illustrateur.Le passé comme si vous y étiez? » sur le site du musée de Nemours.

Pour les plus impatients, vous pouvez visionner quelques dessins sur le site de Benoît Clarys.

Dernière minute: cours publics du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris

museum-national-d-histoire-naturelle_2

Tout les ans, le Muséum d’Histoire Naturelle de Paris propose de nombreux cours gratuits et ouverts au public. Cette année le cours « Les environnement de l’homme préhistorique au quaternaire en Eurasie » devrait particulièrement vous intéresser.

Le premier à lieu ce soir (21 janvier 2016), à 18h  mais rassurez vous il y en a d’autres:

Jeudi 21 janvier – 18 h
Le pollen : un marqueur des changements environnementaux au Quaternaire
Les assemblages polliniques actuels restituent une image fidèle de la végétation locale et régionale mais la palynologie peut également servir à décrire les environnements passés.
Jeudi 28 janvier – 18 h
Environnements glaciaires et interglaciaires et mobilités des Homininés en Eurasie
L’évolution de l’Homme et de ses cultures s’inscrit dans un cadre environnemental marqué par l’alternance des cycles climatiques glaciaires et interglaciaires. Les Hommes préhistoriques ont ainsi dû s’adapter aux contraintes des milieux.
Jeudi 4 février – 18 h
Du Paléolithique au Néolithique : impact des activités humaines sur le milieu végétal
Si les activités des chasseurs-cueilleurs du Paléolithique ne modifient pas le milieu végétal, à partir du Néolithique, agriculture et élevage vont interférer avec la dynamique naturelle de la végétation.

Tout les renseignements sur la page dédiée.

L’accès est gratuit mais il est conseillé de se présenter en avance pour avoir une place dans l’amphithéâtre.

Actualité de l’archéologie: un bateau du Moyen Âge reconstruit

Dans l’actualité de la recherche en archéologie, la revue L’Hebdo de Charente-Maritime publie un article sur la reconstruction d’un bateau mérovingien afin d’améliorer les connaissances archéologiques sur la question.

Le chantier qui se déroulera dans la commune de Tonnay-Charente (17) sera ouvert au public.

L’article est à lire ici 

Si vous avez l’occasion d’aller y faire un petit tour, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et à nous envoyer des photos!

Bateau-mérovingien-Tonnay-scan-630x310

Les experts du passé: collection de mini-docu

L’inrap met en ligne une quinzaine de mini-documentaire sur des sites ou pièces archéologiques remarquables. D’une dizaine de minute, ces vidéos sont présentées sous forme d’enquêtes scientifiques palpitantes (la musique souligne le suspens à souhait!).

Un avant gout avec l’épisode 14 sur le carnyx gaulois

 

Accès à la collection ici

L’archéologie comme lien entre passé et futur dans un centre pénitentiaire pour mineur

Au centre pénitentiaire pour mineur (EPM) de Lavaur, l’archéologie permet de « reconstruire l’avenir ».  Quelques jeunes accompagnés par une archéologue et leur professeur travaillent ensemble autour des enjeux climatiques et citoyens à travers l’histoire du Mas d’Azil. Le résultat de leur travail ferra l’objet d’un chapitre dans le prochain livre de l’association Grottes et Archéologie.

Un projet très original et courageux à voir ici

Un nouveau cousin?

Paru pendant les fêtes, l’article de Science & Avenir sur un possible « cousin » chinois est passé assez inaperçu

Restitution d’après Peter Schouten

Ce fémur appartient peut-être à une ancienne branche de l'humanité qui a survécu jusqu'à la période glaciaire. Darren Curnoe & Ji Xueping

Ce fémur appartient peut-être à une ancienne branche de l’humanité qui a survécu jusqu’à la période glaciaire. Source: Darren Curnoe & Ji Xueping

La découverte en Chine à la fin des années 1980, et surtout l’étude depuis 2012, d’un fémur plutôt gracile relance la question de la cohabitation tardive d’espèces humaines: le fossile est daté de 14 000 ans. Cependant l’auteur reste prudent car il s’agit d’un reste isolé, il est donc périlleux d’extrapoler. Ce nouveau cousin n’est d’ailleurs pas nommé. La question reste néanmoins posée: et si le buisson de notre famille était encore plus buissonnant ?
Une affaire à suivre avec attention. Je vous laisse vous faire votre avis avec l’article de Science et Avenir du 27 décembre 2015.

Le dernier Gaulois: un nouveau genre de docu-fiction

Le dernier gaulois

J’espère que vous étiez tous devant France 2 ce soir afin de regarder un docu-fiction d’un nouveau genre  » Le dernier Gaulois » de Samuel Tilman. Même si sur Twitter certains s’amusent à railler le graphisme quelque peu old school des visuels du film; on peut tout de même noter le bel effort du réalisateur et de l’équipe du film pour l’utilisation de la motion capture et de l’animation pour illustrer l’année précédant le siège d’Alésia, procédé qui n’avait pas encore été utilisé sur ce type de docu-fiction.

Si d’un point de vue purement technique, le film est intéressant, sur les sources utilisées pour écrire ce récit, je reste plus sceptique. Les sources ne sont jamais citées et je n’ai pas vu les noms des archéologues et/ou historiens référents pour le tournage… Hum d’autant plus qu’Alésia est parmi les sujets les plus controversés en archéologie! C’est quelque peu regrettable surtout que depuis 2012 un nouveau centre d’interprétation Muéso Parc d’Alésia, a été ouvert en Côte d’Or, sur le site présumé de la célèbre bataille ( à visiter je vous le conseille!), et le très bon centre de recherche archéologique de Bibracte, également en Bourgogne (à voir également !).

Si vous souhaitez vous faire votre propre opinion, le documentaire est disponible en replay!

Le teaser:

Teaser – Le dernier Gaulois

Langage et climat: une approche étonnante

environnement_langues_web_02122015

Deux articles (en français et en anglais) qui relaient les recherches de Christophe Coupé, du laboratoire Dynamique du langage (DDL) de Lyon. Selon lui il y aurait un lien manifeste entre les formes de langages et le climat. Un point de vue original à découvrir.

Article en français sur pourlascience.fr

Article en anglais sur sciencemag.org

Abcédaire: la Préhistoire par les préhistoriens

Clément Birouste (doctorant en Préhistoireau laboratoire TRACES) et Christophe Dauder (documentariste) s’associent pour nous livrer un dvd qui donne la parole aux préhistoriens.
abecedaire-prehistoire-presentation-17-12-2015_1448285723617-jpg

Affiche du film « Abécédaire de la Préhistoire »

Lors d’entretiens de 5 à 15 min, les chercheurs en Préhistoire s’expriment autour d’une notion à la manière d’un abécédaire. L’accent est plus particulièrement mis sur le Paléolithique Supérieur.
Au-delà d’un apport de connaissances factuelles, les auteurs souhaitent mettre en avant  » la parole et les doutes » des chercheurs, afin de donner une image des débats et questionnements actuels autour de cette période.
Au total, 5h d’entretiens sont disponibles sur le dvd. Cet ambitieux projet ne s’arrête pas là: en 2016, un site web interactif donnant accès à la totalité des entretiens devrait voir le jour.
Une affaire à suivre donc!
En attendant vous pouvez télécharger la plaquette de présentation sur le site du laboratoire TRACES .
Si certains d’en vous ont l’occasion de visionner ces entretiens, n’hésitez pas à nous faire part de vos avis.
Ps: une projection est organisée le 17 décembre à l’Université Jean Jaurès de Toulouse.

Exposition temporaire au Musée de Tautavel

Quand on parle de préhistoire, on pense trop souvent « Europe », mais l’Afrique et l’Asie ne sont pas en reste. Dans le cadre de l’année croisée France-Corée, le musée de Préhistoire propose une exposition temporaire sur la préhistoire coréenne. A découvrir!

« La Corée des Origines », exposition temporaire (18 décembre 2015 – 31 mars 2016) au Musée de Préhistoire de Tautavel.

Cette exposition présentée en avant-première au Musée de Préhistoire de Tautavel, s’inscrit dans le cadre de l’année France-Corée.

La recherche préhistorique en Asie en général et particulièrement en Corée, longtemps sous occupation japonaise puis la proie d’une guerre fratricide, est un domaine d’étude récent, une cinquantaine d’année tout au plus.
La coopération franco-coréenne en préhistoire a été initiée par le Professeur Henry de Lumley (l’inventeur de l’Homme de Tautavel) et les plus éminents préhistoriens coréens actuels (comme dans de nombreux autres pays du monde) sont ses anciens élèves et ils ont été formés aux méthodes scientifiques de l’école préhistorique de Tautavel. Cette coopération perdure et chaque année, de nombreux étudiants coréens viennent se former à la Caune de l’Arago, la grotte de Tautavel, et les chercheurs du Centre de Tautavel se rendent régulièrement en Corée pour travailler avec leurs homologues.

L’intérêt pour la préhistoire en Corée connait un grand engouement, et de nombreux centres et Musées ont été ouverts sur le modèle de Tautavel. En 2015 l’exposition phare sur la préhistoire présentée en Corée était consacrée à Tautavel.

L’exposition « La Corée des origines », permettra pour la première fois au public en Europe, de découvrir le Paléolithique Ancien coréen, au travers d’objets originaux, de reconstitutions, et de panneaux explicatifs. Cette « préhistoire » coréenne la plus ancienne par un jeu de symétrie chronologique avec Tautavel permettra au public de comparer, voir ce qui est identique, ce qui est différent, ce qui est universel, ce qui est culturel…

Fabriquaient-ils les mêmes outils ? Chassaient-ils les mêmes animaux ? Un mode vie similaire ou différent ? …

Exposition présentée au Musée de Préhistoire de Tautavel, sans supplément de prix jusqu’au 31 mars.
Information 04 68 29 07 76 – contact@450000ans.com – www.450000ans.com

Contact presse : David Angelats 04 68 38 31 10 david.angelats@cerptautavel.com
Iconographie : Denis Dainat 04 68 29 07 76 denis.dainat@cerptautavel.com

Lucy: la plus célèbre des australopithèques fête ses 41 ans !

Si comme moi vous passez vos journées sur Google, vous n’avez pu échapper à la nouvelle: depuis ce matin, nous avons le plaisir d’ouvrir ce moteur de recherche sur un tout nouveau Doodle qui célèbre Lucy.

Petit rappel de qui est Lucy

Fossile de l’espèce éteinte australopithecus afarensis, il fut découvert sur le site d’Harare, en Ethiopie, en 1974 par une équipe de recherche internationale (on associe 3 grands scientifiques à cette découverte: l’Américain Donald Johanson, paléoanthropologue qui a découvert le premier fragment avec un de ses étudiants et les Français Maurice Taieb et Yves Coppens, respectivement géologue et paléontologue).

Longtemps considérée comme « la mère de l’Humanité », ce fossile est aujourd’hui interprété comme une espèce cousine du genre Homo. Lucy constitue le premier fossile relativement complet qui a été découvert pour une période aussi ancienne et a révolutionné notre perception des origines humaines, en démontrant que l’acquisition de la marche bipède date de 3 à 4 millions d’années. Cette découverte scientifique a bousculé le monde la paléoanthropologie.

Google fête le 41ème anniversaire de la découverte de Lucy l'australopithèque [#Doodle]

On compte les fragments de 52 ossements dont une mandibule, des éléments du crâne mais surtout des éléments post-crâniens dont une partie du bassin et du fémur. L’équipe de paléontologues qui a découvert Lucy a estimé que c’était un sujet féminin du fait de sa petite stature mais depuis 1996, les chercheurs estiment que Lucy serait un mâle d’après l’analyse de l’os pelvien.

Lucy devait mesurer entre 1,10 m et 1,20 m, et peser au maximum 25 kg. Elle est morte à environ 25 ans et le fait que ses ossements n’aient pas été dispersés par un charognard indique un enfouissement rapide, peut-être à la suite d’une noyade.

Pour la petite histoire, Lucy a été surnommée ainsi car les paléontologues écoutaient la chanson des Beatles Lucy in the Sky with Diamonds le soir sous la tente, en répertoriant les ossements, qu’ils avaient découverts. Son nom était bien plus prosaïque que cela à la base: AL 288-1.

Lucy n’était pas toute seule!

Depuis 2011, des nouveaux restes d’un individu australopithèque a permis de nourrir, à nouveau, nos connaissances sur l’évolution de l’espèce humaine. En effet, une équipe américaine a découvert en Ethiopie, à seulement 35 kms du lieu de découverte de Lucy, les restes d’une nouvelle espèce australopithecus deyiremeda, une mâchoire et des dents, datant de 3,3 à 3,5 millions d’années. Ces éléments ont permis de déterminer qu’ils étaient effectivement proche des restes de Lucy mais avec quelques différences notables permettant ainsi de  réaffirmer que plusieurs espèces d’hominidés ont vécu à la même période, il y a 3,5 millions d’années.

Plus d’infos sur cette découverte dans cette vidéo du Muséum d’Histoire Naturelle de Cleveland:

Rappelons dès lors, que l’évolution humaine ne ressemble pas à une belle descendance en ligne droite entre Lucy et nous, mais que l’évolution est plus buissonnante qu’il n’y paraît et que nous n’avons pas encore toutes les réponses!