LES GRANVELLE AU CŒUR DE LA RENAISSANCE

Atoine Perrenot par Titien | © Domaine public

Atoine Perrenot par Titien | © Domaine public

Ce colloque se tiendra du 16 au 18 novembre 2017 et  célèbrera la culture classique et humaniste à travers cette famille comtoise et l’étude de ses collections, de son patrimoine et de son mécénat.

Il est coorganisé par l’Institut des sciences et techniques de l’Antiquité et le Laboratoire des sciences historiques, à l’occasion du 500eanniversaire de la naissance d’Antoine Perrenot de Granvelle (1517-1586), fils de Nicolas Perrenot de Granvelle (1486-1550)

Il étudiera en particulier l’importance de l’Antiquité dans l’éducation, les choix esthétiques, la carrière administrative et politique et le rayonnement international de personnages de tout premier plan dans l’Europe du XVIe siècle.

Contact

ISTA – Institut des sciences et techniques de l’Antiquité

Journées régionales Bourgogne Franche-Comté de l’archéologie, édition 2017

Fouilles dans l'église Notre-Dame de Besançon | © Ludovic Godard - UFC

Fouilles dans l’église Notre-Dame de Besançon | © Ludovic Godard – UFC

Le service régional d’archéologie de Bourgogne Franche-Comté de la DRAC organise, en partenariat avec la Maison des sciences de l’homme et de l’environnement C. N. Ledoux, deux journées autour de l’actualité archéologique en région, qui se tiendront les 24 et 25 novembre prochain. Ouvertes à tous, ces journées constituent un moment privilégié d’échanges et d’information.

Conférences et visites permettront de porter un regard sur les opérations archéologiques qui ont marqué la recherche régionale récente. L’accent sera notamment mis sur les recherches menées au sein de la MSHE Ledoux et ses ressources technologiques au service de l’archéologie.

Les interventions seront organisées autour de six thématiques :
– Technologies au service de l’archéologie : acquisition, enregistrement des données multisources ;
– Analyses des matériaux ;
– Pré et Protohistoire ;
– Antiquité ;
– Haut Moyen Âge ;
– Moyen Âge et Moderne.

Les Journées régionales de l’archéologie s’adressent aussi bien au grand public qu’aux professionnels et chercheurs. Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Programme prévisionnel de ces journées

Horaires

Le vendredi de 9 h à 18 h,
le samedi de 9 h à 17 h 15.

Contact

Maison des sciences de l’homme et de l’environnement (MSHE) Claude Nicolas Ledoux

Lieu

Salle de conférence

Le racisme et l’antisémitisme: nouveau MOOC

La Fondation Maison des Sciences de l’Homme propose un MOOC sur cette thématique complexe et en lien avec l’évolution anthropologique de notre société.

D’ailleurs ces notions ne sont pas très éloignées de l’archéologie: aborder la question des races et de l’évolution de l’Homme est au coeur des préoccupations de notre association.

Les cours sont entièrement gratuits, n’hésitez pas à venir partager avec nous vos impressions et vos commentaires sur ces « cours » nouvelles générations.

Plus de renseignements

LES FRAGMENTS DE L’HISTOIRE DU VERRE S’ASSEMBLENT PEU À PEU

Inès Pactat, doctorante au laboratoire chrono-environnement et à la Maison des sciences de l’homme et de l’environnement, s’intéresse à l’archéologie du verre.

Si en Europe occidentale on ne commence à produire ce matériau qu’au VIIIe siècle, en Mésopotamie on maîtrise la fabrication du verre dès le troisième millénaire avant J.-C.

Les verres au natron d’Égypte et de la côte syro-palestinienne sont réputés pour leur grande pureté et leur résistance. Le mélange de sable et de ce minéral sodique est mis en fusion puis débité en lingots exportés vers l’Europe, où ils sont refondus pour être travaillés par les artisans verriers. C’est au haut Moyen Âge que s’opère le grand bouleversement de l’industrie du verre. Ressources insuffisantes en natron ? Crises politiques décourageant les échanges ? Si les explications sont hypothétiques, il est certain que les VIIe et VIIIe siècles voient s’intensifier le recyclage, une pratique courante depuis l’Antiquité, et que la fabrication des premiers verres aux cendres végétales est attestée en Europe peu après cette période.

Cette mutation importante de la production d’un matériau qui ne l’est pas moins reste en réalité peu connue. Elle constitue un axe majeur des recherches menées par Inès Pactat, doctorante en archéologie à la MSHE Claude Nicolas Ledoux. « L’archéologie du verre ne se développe que depuis une trentaine d’années en France, et le Moyen Âge reste peu étudié malgré son intérêt. » Le travail de la jeune archéologue montre comment les artisans ont amélioré leurs techniques, faisant par exemple passer la température de fusion de la silice de 1 700 à 1 100 °C en ajoutant de la potasse à leur recette, qu’ils utilisaient des oxydes métalliques ou jouaient sur la cuisson du verre pour le colorer, ou encore comment l’accès à l’autonomie des verriers en Europe a conditionné et modifié l’organisation de tout un pan de l’artisanat.

« Pendant l’Antiquité, quand le verre n’est que refondu, pour en tirer de la vaisselle, des vitrages ou des perles, l’artisan se rapproche du consommateur et installe son échoppe en ville ; quand il s’agit d’en assurer la fabrication, le verrier se rapproche des matières premières et se fixe en général à proximité d’une forêt. »

Étude de la composition des verres, des objets manufacturés, des déchets de fabrication, et au-delà du contexte historique, des échanges commerciaux et des relations politiques… La quête d’Inès Pactat s’étend de l’Orient à l’Occident et du VIIIe au XIe siècle, sur les traces d’une activité et d’un matériau des plus passionnants.