Ré-ouvertures des sites archéologiques

Le printemps @Jean-Luc Rieu
@Jean-Luc Rieu

Nous célébrons aujourd’hui le retour du printemps, mais c’est aussi, la réouverture d’un certain nombre de sites archéologiques. Avec les beaux jours de retour, vous allez pouvoir vous promenez à travers le temps dans les différents lieux qui vous invitent à découvrir et mieux comprendre comment les populations passées vivaient. Petit tour d’horizon des dernières annonces :

Les Dernières Nouvelles d’Alsace reviennent sur le centre d’interprétation du patrimoine de Dehlingen, qui jusqu’au mois d’août prochain va développer l’expérimentation à travers des fouilles sur le site archéologique de Gurtelbach. A lire sur leur site.

Le site archéologique de Bibracte sur le Mont Beuvray a réouvert aussi ses portes pour la saison 2019. Vous avez jusqu’au 11 novembre pour aller à la découverte de ce haut lieu bourguignon et en savoir plus sur les Eduens, peuple gaulois qui occupa le site à la fin du IIe siècle avant notre ère. Plus de renseignements sur leur site internet.

Dans un autre registre, le département de l’Hérault accueille l’exposition sur l’Homme de Néandertal. Sur la base de l’exposition présentée au Musée de l’Homme, les visiteurs pourront du 14 mars au 13 juillet 2019 découvrir cet ancêtre, mais aussi participer à des conférences, et des ateliers participatifs pour apprendre et découvrir en s’amusant.

Au Maroc cette fois-ci, le Ministère de la Culture et de la Communication a annoncé l’ouverture du site archéologique de Lixus, à Larache, dès le 18 Avril 2019. Au patrimoine important, un budget conséquent a été consacré aux travaux de restauration et d’aménagement du site. Si vous êtes de passage au Maroc, allez visiter le site et envoyez nous des photos !

Et vous, qu’allez-vous visiter ce printemps ?

Un nouvel éclairage sur les premiers peuplement préhistoriques en Europe

En passant

The Conversation publie un nouvel article  intéressant sur les derniers résultats d’une fouille archéologique en Galice, Espagne, qui fournit un grand nombre de bifaces géants. Ces résultats éclairent notre connaissance des premiers peuplements européens, notamment sur la coexistence de différentes populations.

A lire en entier ici.

Découverte sacrée en Croatie

Le chantier de fouilles de Mirine-Fulfinum

Le petit archipel du Kvarner, en Croatie, compte pas moins de soixante-quinze églises érigées à la fin de l’Antiquité ou au début du Moyen-Âge. Mais cette profusion ne laissait en rien présager la découverte d’un peigne liturgique datant du Ve siècle, une trouvaille exceptionnelle dont se sont félicités Morana Cauševic-Bully, Sébastien Bully et leurs étudiants en archéologie lors de leur dernière campagne de fouilles sur le site de Mirine-Fulfinum, sur l’île de Krk.

Le peigne de Mirine restauré

« À notre connaissance, c’est le quatrième peigne liturgique paléochrétien découvert dans le monde, et le deuxième pour lequel le contexte archéologique est vraiment connu », explique Morana Cauševic-Bully, spécialiste en Antiquité tardive et haut Moyen Âge, chercheure au laboratoire Chrono-environnement et enseignante à l’université de Franche-Comté.

Les peignes liturgiques relevaient d’un usage sacré :

passés dans leur chevelure et leur barbe, ils débarrassaient les prêtres de leurs impuretés physiques et morales avant toute célébration du culte. Celui-là est en ivoire, décoré de scènes bibliques dont les détails et la finesse de réalisation ont été révélés grâce au travail minutieux des restaurateurs du musée archéologique de Zagreb. Sa datation au carbone 14, corroborée par une analyse stratigraphique et par une étude iconographique et stylistique, situe son origine probable entre la fin du IVe et le début du Ve siècle, ce qui en fait le plus ancien connu à ce jour.

Le site de Mirine-Fulfinum, mis au jour dans les années 1970, est composé d’une ville antique et d’un vaste complexe ecclésial paléochrétien de première importance. Sa configuration pose la question du rôle des îles dans l’activité d’une région, notamment de la navigation, et de celui de l’Église dans la gestion de ces mêmes territoires. « Grâce aux recherches que nous menons depuis dix ans sur ce site, nous suggérons que ce complexe ecclésial devait accueillir voyageurs, marins, commerçants ou soldats, précise l’archéologue. Par ailleurs, nous avons pu prouver que la ville de Fulfinum est encore occupée au tout début du haut Moyen Âge, ce qui bouscule les idées établies jusqu’alors, et confère au site une importance majeure sur la route de l’Adriatique vers le continent.

Le programme de recherche archéologique Mirine-Fulfinum est un partenariat franco-croate entre la commune d’Omišalj, dont dépend le site, les laboratoires Chrono-environnement et ARTeHIS (Dijon), l’École française de Rome ; il reçoit le soutien financier du ministère de la Culture de Croatie, du ministère des Affaires étrangères françaises et de Caritas Veritatis Foundation.