Ouverture de Lascaux IV

Ouverture du nouveau site:

Difficile de passer à côté de l’information ces derniers jours, la nouvelle reproduction intégrale de la grotte de Lascaux est enfin ouverte.

Vous avez la possibilité de vous rendre au Centre International de l’Art Pariétal à Montignac, en Dordogne pour visiter cette nouvelle merveille technique et technologique.

Quelques rappels de dates sur l’histoire du site:

1940 : découverte de la Grotte de Lascaux
Le 12 septembre 1940, Marcel RAVIDAT, Jacques MARSAL, Georges AGNIEL et Simon COENCAS, 4 adolescents de Montignac arpentent la colline dominant le village de Montignac et font une des découvertes archéologiques les plus prestigieuses du 20e siècle. La grotte est classée Monument Historique en décembre 1940.

1963 : fermeture de la Grotte de Lascaux
Le 20 mars 1963, André MALRAUX, Ministre des Affaires Culturelles, annonce la fermeture de la grotte.

1979 : classement UNESCO
Lascaux est inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

1983 : ouverture de Lascaux II
Le 18 juillet 1983, Lascaux II ouvre au public. Situé sur la même colline que la grotte originale et enfoui dans le sol, Lascaux II reproduit 40% de la grotte originale.

2012 : début de la tournée de Lascaux, l’Exposition Internationale
Cette exposition monumentale est le premier fac-similé de grotte itinérant. Douze containers voyagent autour du monde, permettant le transport d’une copie de haute précision. Cette réplique s’est vue dotée du fameux « voile de pierre », une technologie brevetée reproduisant l’aspect minéral et poreux de la roche.

2016 : ouverture du Centre International de l’Art Pariétal Montignac-Lascaux
Ce musée sera unique au monde, tant par son contenu innovant que par sa façon de le diffuser. Le parcours du visiteur alternera entre expériences digitales et communication avec nos médiateurs.

Plus d’infos sur le site officiel

Et si vous prenez le temps de visiter le site, n’hésitez pas à partager avec nous vos impressions!

Lucy: la plus célèbre des australopithèques fête ses 41 ans !

Si comme moi vous passez vos journées sur Google, vous n’avez pu échapper à la nouvelle: depuis ce matin, nous avons le plaisir d’ouvrir ce moteur de recherche sur un tout nouveau Doodle qui célèbre Lucy.

Petit rappel de qui est Lucy

Fossile de l’espèce éteinte australopithecus afarensis, il fut découvert sur le site d’Harare, en Ethiopie, en 1974 par une équipe de recherche internationale (on associe 3 grands scientifiques à cette découverte: l’Américain Donald Johanson, paléoanthropologue qui a découvert le premier fragment avec un de ses étudiants et les Français Maurice Taieb et Yves Coppens, respectivement géologue et paléontologue).

Longtemps considérée comme « la mère de l’Humanité », ce fossile est aujourd’hui interprété comme une espèce cousine du genre Homo. Lucy constitue le premier fossile relativement complet qui a été découvert pour une période aussi ancienne et a révolutionné notre perception des origines humaines, en démontrant que l’acquisition de la marche bipède date de 3 à 4 millions d’années. Cette découverte scientifique a bousculé le monde la paléoanthropologie.

Google fête le 41ème anniversaire de la découverte de Lucy l'australopithèque [#Doodle]

On compte les fragments de 52 ossements dont une mandibule, des éléments du crâne mais surtout des éléments post-crâniens dont une partie du bassin et du fémur. L’équipe de paléontologues qui a découvert Lucy a estimé que c’était un sujet féminin du fait de sa petite stature mais depuis 1996, les chercheurs estiment que Lucy serait un mâle d’après l’analyse de l’os pelvien.

Lucy devait mesurer entre 1,10 m et 1,20 m, et peser au maximum 25 kg. Elle est morte à environ 25 ans et le fait que ses ossements n’aient pas été dispersés par un charognard indique un enfouissement rapide, peut-être à la suite d’une noyade.

Pour la petite histoire, Lucy a été surnommée ainsi car les paléontologues écoutaient la chanson des Beatles Lucy in the Sky with Diamonds le soir sous la tente, en répertoriant les ossements, qu’ils avaient découverts. Son nom était bien plus prosaïque que cela à la base: AL 288-1.

Lucy n’était pas toute seule!

Depuis 2011, des nouveaux restes d’un individu australopithèque a permis de nourrir, à nouveau, nos connaissances sur l’évolution de l’espèce humaine. En effet, une équipe américaine a découvert en Ethiopie, à seulement 35 kms du lieu de découverte de Lucy, les restes d’une nouvelle espèce australopithecus deyiremeda, une mâchoire et des dents, datant de 3,3 à 3,5 millions d’années. Ces éléments ont permis de déterminer qu’ils étaient effectivement proche des restes de Lucy mais avec quelques différences notables permettant ainsi de  réaffirmer que plusieurs espèces d’hominidés ont vécu à la même période, il y a 3,5 millions d’années.

Plus d’infos sur cette découverte dans cette vidéo du Muséum d’Histoire Naturelle de Cleveland:

Rappelons dès lors, que l’évolution humaine ne ressemble pas à une belle descendance en ligne droite entre Lucy et nous, mais que l’évolution est plus buissonnante qu’il n’y paraît et que nous n’avons pas encore toutes les réponses!

 

Journée d’études sur la valorisation des collections archéologiques (8-10 oct. 2014)

L’AGCCPF organise tous les deux ans des « Journées d’étude et de formation », destinées en priorité à ses adhérents, mais également aux agents de la fonction publique intéressés par la thématique traitée dans le cadre de leur formation (admission en fonction des places disponibles).
Ces Journées sont organisées avec l’AGCCPF PACA qui les accueille cette année 2014 en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Elles font appel à des intervenants qualifiés et donnent lieu à des visites qui servent d’exemples d’application.