Le racisme et l’antisémitisme: nouveau MOOC

La Fondation Maison des Sciences de l’Homme propose un MOOC sur cette thématique complexe et en lien avec l’évolution anthropologique de notre société.

D’ailleurs ces notions ne sont pas très éloignées de l’archéologie: aborder la question des races et de l’évolution de l’Homme est au coeur des préoccupations de notre association.

Les cours sont entièrement gratuits, n’hésitez pas à venir partager avec nous vos impressions et vos commentaires sur ces « cours » nouvelles générations.

Plus de renseignements

LES FRAGMENTS DE L’HISTOIRE DU VERRE S’ASSEMBLENT PEU À PEU

Inès Pactat, doctorante au laboratoire chrono-environnement et à la Maison des sciences de l’homme et de l’environnement, s’intéresse à l’archéologie du verre.

Si en Europe occidentale on ne commence à produire ce matériau qu’au VIIIe siècle, en Mésopotamie on maîtrise la fabrication du verre dès le troisième millénaire avant J.-C.

Les verres au natron d’Égypte et de la côte syro-palestinienne sont réputés pour leur grande pureté et leur résistance. Le mélange de sable et de ce minéral sodique est mis en fusion puis débité en lingots exportés vers l’Europe, où ils sont refondus pour être travaillés par les artisans verriers. C’est au haut Moyen Âge que s’opère le grand bouleversement de l’industrie du verre. Ressources insuffisantes en natron ? Crises politiques décourageant les échanges ? Si les explications sont hypothétiques, il est certain que les VIIe et VIIIe siècles voient s’intensifier le recyclage, une pratique courante depuis l’Antiquité, et que la fabrication des premiers verres aux cendres végétales est attestée en Europe peu après cette période.

Cette mutation importante de la production d’un matériau qui ne l’est pas moins reste en réalité peu connue. Elle constitue un axe majeur des recherches menées par Inès Pactat, doctorante en archéologie à la MSHE Claude Nicolas Ledoux. « L’archéologie du verre ne se développe que depuis une trentaine d’années en France, et le Moyen Âge reste peu étudié malgré son intérêt. » Le travail de la jeune archéologue montre comment les artisans ont amélioré leurs techniques, faisant par exemple passer la température de fusion de la silice de 1 700 à 1 100 °C en ajoutant de la potasse à leur recette, qu’ils utilisaient des oxydes métalliques ou jouaient sur la cuisson du verre pour le colorer, ou encore comment l’accès à l’autonomie des verriers en Europe a conditionné et modifié l’organisation de tout un pan de l’artisanat.

« Pendant l’Antiquité, quand le verre n’est que refondu, pour en tirer de la vaisselle, des vitrages ou des perles, l’artisan se rapproche du consommateur et installe son échoppe en ville ; quand il s’agit d’en assurer la fabrication, le verrier se rapproche des matières premières et se fixe en général à proximité d’une forêt. »

Étude de la composition des verres, des objets manufacturés, des déchets de fabrication, et au-delà du contexte historique, des échanges commerciaux et des relations politiques… La quête d’Inès Pactat s’étend de l’Orient à l’Occident et du VIIIe au XIe siècle, sur les traces d’une activité et d’un matériau des plus passionnants.

Traces de poix dans le Jura

img_6832Des fouilles archéologiques et des analyses scientifiques révèlent l’existence d’un four à poix au lieu-dit La Beuffarde, dans le massif du Jura. Une vraie surprise pour les chercheurs, et un élément de connaissance nouveau sur l’activité économique passée de la région.

L’université de Franche-Comté a envoyé une de ses équipes de recherche en archéologie travailler sur la thématique dans le massif du Jura, Retour sur leurs découvertes: pour lire l’article complet, c’est ici.

Colloque GMPCA 2017

logo_gmpca_2017

 

 

 

 

XXIe colloque du GMPCA 18-21 avril 2017 – Rennes

Depuis sa fondation en 1976, l’association du GMPCA (Groupe des Méthodes pluridisciplinaires Contribuant à l’Archéologie – http://gmpca.fr/) oeuvre à promouvoir l’archéométrie en France et dans le monde. Cette vision interdisciplinaire avant-gardiste s’est rapidement exprimée sous la forme d’une revue, la Revue d’Archéométrie devenue ArchéoSciences-Revue d’Archéométrie, et, dès 1977, par l’organisation d’un colloque qui se tiendra tous les deux ans. Sous l’impulsion d’un des fondateurs, Loïc Langouët, ce premier colloque fut organisé à l’Université de Rennes I, expérience qui sera renouvelée 20 ans plus tard en 1997.

A l’occasion de ses 40 ans, le XXIe colloque d’Archéométrie se tiendra une nouvelle fois à Rennes, du 18 au 21 avril 2017. Organisé par l’UMR 6566 CReAAH (Centre de Recherches en Archéologie, Archéosciences, Histoire), il sera l’occasion de dresser, au cours de sessions thématiques, un bilan de 40 années de recherches menées au carrefour de l’archéologie, tout en faisant la part belle aux approches novatrices insufflées dans le vaste champ disciplinaire contribuant à faire progresser la recherche archéologique.

Le colloque Archéométrie 2017 se tiendra sur le campus arboré de Beaulieu (UR1) de Rennes. D’abord connue sous le nom de Condate puis devenue capitale de Bretagne, Rennes saura vous charmer par son riche patrimoine architectural et ses soirées festives.

Plus d’informations sur leur site web:  www.gmpca.fr

Journée archéologique régionale Bourgogne Franche-Comté

journee_archeo_201

 

 

 

La journée archéologique régionale est organisée cette année, par le Service régional de l’archéologie de Bourgogne-Franche-Comté – site de Dijon. Elle se tiendra samedi 19 novembre à Dijon, à l’amphithéâtre du pôle d’économie et de gestion, 4 Boulevard Gabriel. Les communications porteront sur les opérations archéologiques réalisées sur l’ensemble du territoire régional

Programme et plan à télécharger

Journée du 19 novembre 2016- Programme

9h – Accueil des participants
9h30 – Ouverture de la journée par Bernard Falga, Directeur régional des Affaires culturelles et présentation par Marc Talon, Conservateur régional de l’archéologie, et Michel Prestreau directeur du Pôle Patrimoines  ;
9h45 – Jean-Baptiste Lajoux, Romain Malgarini – Solutré, route de la Roche (Saône-et-Loire). Fouille préventive d’un gisement magdalénien de plein air  ;
10h – Jean-François Piningre- Belfort «  Le Bramont  »  : un habitat de hauteur du Néolithique moyen et du Bronze moyen (Territoire de Belfort)  ;
10h15 – Fanny Granier – Vivants et morts au bord de l’Yonne, du Néolithique à la fin de l’âge du Fer  ;
10h30 – Vincent Guichard- Poursuite du programme de recherche sur le Mont Beuvray (Saône-et-Loire)  : aperçu  ;
10h45 – Stéphane Venault, Pierre Nouvel – Les agglomérations antiques de Bourgogne, Franche-Comté et Champagne méridionale, projet collectif de recherche  ;
11h00 – 11h15 – pause
11 h 15 – Séverine Blin – Le complexe monumental du théâtre de Mandeure (Doubs)  ;
11h30 – Philippe Barral, Filippe Ferreira, Mathias Glaus, Yves Goubin, Martine Joly, Yannick Labaune (coordinateur), Pierre Nouvel, Matthieu Thivet- Le complexe monumental antique de La Genetoye (Autun, Saône-et-Loire)  : principaux résultats de la campagne de fouille 2016  ;
12h – 12h30 – discussion

12h30 – 14h30 – pause déjeuner – libre

14h30 – Régis Labeaune, Yves Pautrat – Suivi archéologique du Gazoduc Val de Saône (Côte-d’Or, Saône-et-Loire)  ;
14h45 -Pierre Dabek- Pontarlier (Doubs), habitat du haut Moyen Âge aux Gravilliers. Fouille préventive, Inrap  ;
15h- Sébastien Bully- La basilique funéraire Saint-Martin de l’abbaye de Luxeuil (Haute-Saône)  : état d’avancement des recherches archéologiques et du projet de mise en valeur  ;
15h15 -Annie Dumont, Marion Foucher, Ronan Steimnann, Les ponts de La Charité et l’évolution de la Loire dans ce secteur (Nièvre)  ;
15h30 – 15h45 – pause
15h45 – Christophe Méloche- Habitat du Moyen Âge à Petit-Noir (Jura). Fouilles préventives, Inrap  ;
16h – Valentin Chevassu, Vincent Bichet, Arthur Barbier, Steve Lehmann, Emilie Gauthier, Hervé Richard, Matthieu Thivet, Daniel Daval, Murielle Montandon – Prospection archéologique diachronique dans la Haute Chaîne du Jura  ;
16h15 – Discussion – Clôture de la journée.

Actualité de l’archéologie: l’éternel débat autour du site d’Alésia

alesia-fortifications_580

 

 

 

 

 

 

 

Rappelez-vous un précédent post sur le documentaire diffusé par France 2 sur l’affrontement de Vercingétorix face aux armées de César, dans lequel je vous rappelais que le site de la bataille d’Alésia reste l’un des sujets les plus débattus au sein de la discipline! Et bien, voilà un rebondissement dans les affrontements entre spécialistes qui me fait sourire et que j’ai envie de partager avec vous!

Le chroniqueur de Figaro Vox, Franck Ferrand, a publié le 19/05/2014 (je sais ça date un peu, mais le débat est toujours d’actualité!) sur leur site internet un pamphlet, enfin, un article véhément sur la véritable position du site d’Alésia.

En effet, si la profession reconnaît officiellement que le site de la bataille se trouve en Bourgogne, une petite troupe d’irréductibles gaulois maintienne que cela est faux et que le site se trouve dans le Jura! Etant moi-même originaire de Franche-Comté, je serai tentée d’affirmer que je partage leur opinion et que le site, qui déchaîne tant de passion, se trouve bien chez nous pardi!

Mais qu’en est-il de la science? Car ne l’oublions pas, nous sommes des scientifiques, et nous nous basons sur des faits, des faits archéologiques, sur les résultats d’une méthode scientifique pour fonder nos théories. Or, et c’est là toute la problématique (je dirai même la beauté de ce sujet, mais je dois avoir un côté maso!), les faits archéologiques sont ici mêmes sujets à controverse: problème de datations, de méthodes de fouilles, fouilles anciennes, etc.

Le 27/05/2014, 3 chercheurs, et pas les moindre, répondaient alors au chroniqueur: Jean-Louis Brunaux, Yann Le Bohec et Jean-Louis Voisin. Ils écrivent d’une même voix, qu’il n’y a pas d’erreur possible. Les indices archéologiques, mais aussi historiques sont formels: Alésia se situe sur le Mont Auxois

Et voici que dernièrement (et cette fois-ci en novembre 2016), le laboratoire Chrono-environnement (UMR 6249) a publié sur son site un article (à lire ici) qui revient sur cette polémique. Le laboratoire qui compte entre autres 4 chercheurs en archéologie qui ont décidé de se positionner et d’écrire une lettre en réponse à Franck Ferrand, qui a eu, disons le, des propos un peu véhément sur la recherche archéologique et scientifique autour d’Alésia.

@ The Supermath - CC BY-SA 3.0

@ The Supermath – CC BY-SA 3.0

Vous pouvez retrouver aussi ici, un très bon article sur le site d’Alésia et de Bibracte, autre haut lieu de l’histoire Gauloise, qui revient sur les indices archéologiques qui démontrent qu’Alésia est bien en Bourgogne.

 

Alors quelle est votre opinion sur la question?

Dans tous les cas, je vous invite à aller visiter le centre d’interprétation Muséo Parc d’Alésia, et le très bon centre de recherche archéologique de Bibracte,

Actualité de l’archéologie: un bateau du Moyen Âge reconstruit

Dans l’actualité de la recherche en archéologie, la revue L’Hebdo de Charente-Maritime publie un article sur la reconstruction d’un bateau mérovingien afin d’améliorer les connaissances archéologiques sur la question.

Le chantier qui se déroulera dans la commune de Tonnay-Charente (17) sera ouvert au public.

L’article est à lire ici 

Si vous avez l’occasion d’aller y faire un petit tour, n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires et à nous envoyer des photos!

Bateau-mérovingien-Tonnay-scan-630x310

Abcédaire: la Préhistoire par les préhistoriens

Clément Birouste (doctorant en Préhistoireau laboratoire TRACES) et Christophe Dauder (documentariste) s’associent pour nous livrer un dvd qui donne la parole aux préhistoriens.
abecedaire-prehistoire-presentation-17-12-2015_1448285723617-jpg

Affiche du film « Abécédaire de la Préhistoire »

Lors d’entretiens de 5 à 15 min, les chercheurs en Préhistoire s’expriment autour d’une notion à la manière d’un abécédaire. L’accent est plus particulièrement mis sur le Paléolithique Supérieur.
Au-delà d’un apport de connaissances factuelles, les auteurs souhaitent mettre en avant  » la parole et les doutes » des chercheurs, afin de donner une image des débats et questionnements actuels autour de cette période.
Au total, 5h d’entretiens sont disponibles sur le dvd. Cet ambitieux projet ne s’arrête pas là: en 2016, un site web interactif donnant accès à la totalité des entretiens devrait voir le jour.
Une affaire à suivre donc!
En attendant vous pouvez télécharger la plaquette de présentation sur le site du laboratoire TRACES .
Si certains d’en vous ont l’occasion de visionner ces entretiens, n’hésitez pas à nous faire part de vos avis.
Ps: une projection est organisée le 17 décembre à l’Université Jean Jaurès de Toulouse.

Lucy: la plus célèbre des australopithèques fête ses 41 ans !

Si comme moi vous passez vos journées sur Google, vous n’avez pu échapper à la nouvelle: depuis ce matin, nous avons le plaisir d’ouvrir ce moteur de recherche sur un tout nouveau Doodle qui célèbre Lucy.

Petit rappel de qui est Lucy

Fossile de l’espèce éteinte australopithecus afarensis, il fut découvert sur le site d’Harare, en Ethiopie, en 1974 par une équipe de recherche internationale (on associe 3 grands scientifiques à cette découverte: l’Américain Donald Johanson, paléoanthropologue qui a découvert le premier fragment avec un de ses étudiants et les Français Maurice Taieb et Yves Coppens, respectivement géologue et paléontologue).

Longtemps considérée comme « la mère de l’Humanité », ce fossile est aujourd’hui interprété comme une espèce cousine du genre Homo. Lucy constitue le premier fossile relativement complet qui a été découvert pour une période aussi ancienne et a révolutionné notre perception des origines humaines, en démontrant que l’acquisition de la marche bipède date de 3 à 4 millions d’années. Cette découverte scientifique a bousculé le monde la paléoanthropologie.

Google fête le 41ème anniversaire de la découverte de Lucy l'australopithèque [#Doodle]

On compte les fragments de 52 ossements dont une mandibule, des éléments du crâne mais surtout des éléments post-crâniens dont une partie du bassin et du fémur. L’équipe de paléontologues qui a découvert Lucy a estimé que c’était un sujet féminin du fait de sa petite stature mais depuis 1996, les chercheurs estiment que Lucy serait un mâle d’après l’analyse de l’os pelvien.

Lucy devait mesurer entre 1,10 m et 1,20 m, et peser au maximum 25 kg. Elle est morte à environ 25 ans et le fait que ses ossements n’aient pas été dispersés par un charognard indique un enfouissement rapide, peut-être à la suite d’une noyade.

Pour la petite histoire, Lucy a été surnommée ainsi car les paléontologues écoutaient la chanson des Beatles Lucy in the Sky with Diamonds le soir sous la tente, en répertoriant les ossements, qu’ils avaient découverts. Son nom était bien plus prosaïque que cela à la base: AL 288-1.

Lucy n’était pas toute seule!

Depuis 2011, des nouveaux restes d’un individu australopithèque a permis de nourrir, à nouveau, nos connaissances sur l’évolution de l’espèce humaine. En effet, une équipe américaine a découvert en Ethiopie, à seulement 35 kms du lieu de découverte de Lucy, les restes d’une nouvelle espèce australopithecus deyiremeda, une mâchoire et des dents, datant de 3,3 à 3,5 millions d’années. Ces éléments ont permis de déterminer qu’ils étaient effectivement proche des restes de Lucy mais avec quelques différences notables permettant ainsi de  réaffirmer que plusieurs espèces d’hominidés ont vécu à la même période, il y a 3,5 millions d’années.

Plus d’infos sur cette découverte dans cette vidéo du Muséum d’Histoire Naturelle de Cleveland:

Rappelons dès lors, que l’évolution humaine ne ressemble pas à une belle descendance en ligne droite entre Lucy et nous, mais que l’évolution est plus buissonnante qu’il n’y paraît et que nous n’avons pas encore toutes les réponses!

 

Journée archéologique de Franche-Comté

journee_archeo_2015

Le  samedi 28 novembre 2015, le Service régional de l’archéologie (DRAC de Franche-Comté), en partenariat cette année avec le laboratoire Chrono-environnement, organise sa journée archéologique régionale à Besançon. Ce sera l’occasion de porter un regard sur les opérations archéologiques qui ont marqué récemment la recherche régionale.

Ce sont les données croisées entre archéologie programmée et préventive, histoire et études du paléoenvironnement et du paléo-climat qui seront présentées tout au long de la Journée, de la Préhistoire à l’époque médiévale.

Programme à télécharger ICI

Cette journée est gratuite sur INSCRIPTION et s’adresse à tous les chercheurs – professionnels, bénévoles, étudiants – et aux partenaires en lien avec la communauté archéologique.

Bulletin, en dernière page du programme, à retourner impérativement avant le 5 novembre 2015

Article sur Néandertal

Récemment, dans son numéro du 30 septembre 2015, le journal L’Express a publié un entretien avec Svante Pääbo, généticien suédois, cofondateur du plus grand centre allemand d’anthropologie évolutive, dans lequel il explique ses derniers travaux sur la génétique dans la paléoanthropologie. Selon lui, nous aurions « tous en nous quelque chose de Neandertal ».
Un article à relire sur le site de l’Express.
Svante Pääbo, @L'Express
Bonne lecture à tous